Indonésie

Keep Travelling // Volcan Kawah Ijen

19 novembre 2016
Octobre 2016

Après quelques jours passés dans le village, il est temps pour nous de grimper le volcan Kawah Ijen.

00h30

L’heure de se lever pour un départ à 1h. Chung et M. Paing sont déjà prêts et n’attendent que nous.  On est un peu dans le brouillard mais il faut voir le côté positif de la chose: se lever aussi tôt signifie qu’on va louper l’appel du muezzin à 4h du matin. La mosquée étant à 100 mètres de la maison où nous dormions, on peut vous dire qu’on ne peut pas l’éviter, même Tiff et son sommeil de plomb! Bref… avant d’atteindre le bas du volcan, on a 1h de route où l’on croise également sur la route les mineurs en scooter partant pour l’ascension. A notre arrivée sur le parking, on est loin d’être tout seuls mais nous ne ferons pas l’ascension en groupe, juste tous les deux avec Chung. M. Paing restera roupiller dans la voiture.

Aparté culture sur le volcan Kawah Ijen

Avant de continuer le récit de notre ascension, quelques petites explications sur le volcan Kawah Ijen. L’Indonésie compte à elle seule 150 volcans sur son territoire qui font parti de la fameuse Ceinture de feu du Pacifique. C’est le pays avec le plus grand nombre et la plus forte densité de volcans actifs au Monde. Et Java compte presque ⅓ de ses volcans.

Le Kawah Ijen se situe à l’extrême est de Java et est un volcan explosif actif. Sa dernière éruption date de l’été 2002. Il se situe à 2386 mètres d’altitude. On y trouve un lac, long d’un kilomètre, large de 600 mètres et profond au maximum de 200 mètres, réputé comme le plus acide de la planète, du fait des vapeurs toxiques du volcan qui se dissolvent dans ses eaux. Ce volcan est également réputé pour son soufre, sortant des colonnes de fumées, appelées des solfatares. Elles s’échappent du volcan à l’état gazeux et sont canalisées via de gros tuyaux. Refroidies par l’eau du lac, grâce à une pompe, les fumées passent à l’état liquide pour finir par se cristalliser. Les porteurs cassent ensuite les blocs à la barre à mine afin de charger leurs paniers. Le soufre servira ensuite au raffinement du sucre ou encore à la production de produits de beauté.

En France, ce volcan a été médiatisé grâce à Nicolas Hulot et son émission sur les porteurs de souffre dans l’émission Ushuaia. Du coup pas mal de français se rendent sur ce lieu.

Fin de l’aparté, place à l’action!

02H00

On part donc à la frontale dans la nuit noire. La montée n’est pas compliquée, parfois un peu abrupte et glissante mais rien d’insurmontable. Même des enfants peuvent le faire.

Au bout d’une grosse heure, nous sommes en haut. Chung nous avait prévu 1h25 de montée. Et il prévoit 2h pour les asiatiques. 😉 D’ailleurs maintenant les mineurs utilisent des brouettes pour descendre le soufre du volcan. Étant donné qu’ils les montent à vide, ils nous proposent à tous de nous monter dedans en échange d’environ 500 000 roupies. On vous laisse deviner qui accepte de payer. Même si c’est de l’argent facile pour les mineurs et surtout beaucoup mieux payé que porter du soufre, le spectacle est assez affligeant.

03H00

Une fois en haut du volcan, il nous faut descendre dans le cratère, et ce toujours dans la nuit. La descente est assez glissante donc il vaut mieux être bien équipé. Une fois en bas, le spectacle est époustouflant. Nous sommes chanceux car il n’y a pas trop de brouillard et de vent et nous apercevons les fameuses flammes bleues.

Mais qu’est-ce que c’est? Ce sont les vapeurs de souffre qui s’échappent du cratère à une température de 200 degrés et nous pouvons apercevoir cette couleur bleue uniquement la nuit car une fois le soleil levé, on ne perçoit plus les flammes. En bas, Chung nous donne les masques à gaz pour nous protéger des fumées qui peuvent être très vite difficile à supporter. Il arrive d’ailleurs parfois que des touristes sans masque ne puissent pas remonter et que les porteurs soient donc obligés de les porter. Il est donc essentiel de vérifier avec votre guide que vous pourrez avoir un masque à gaz chacun et d’éviter de descendre dans le cratère s’il y a trop de vent ou si vous ne le sentez pas.

Désolé par avance pour les photos qui ne sont pas de top qualité, les conditions n’étant pas optimales en bas du volcan! 😉

Nous devant les fameuses flammes bleues

Nous devant les fameuses flammes bleues

Les flammes bleues du volcan Kawah Ijen

Les flammes bleues du volcan Kawah Ijen

A l’heure où nous sommes en bas, les mineurs sont déjà en plein travail, certains remontent déjà du soufre dans leurs paniers. Ceux en bas récupèrent le souffre et veillent aussi sur les flammes. Ils sont en effet obligés de les contrôler, et de parfois les éteindre pour éviter que le soufre ne brûle trop. Si c’est le cas, le soufre va perdre de sa pureté et il se vendra beaucoup moins cher. Sachant que le prix d’un kilo de soufre est ridicule. 1 kg de soufre rapporté = 800 roupies (soit environ 5 centimes d’euro). En comparaison, le prix des toilettes en bas du volcan coûte 2 000 roupies.

les morceaux de soufre que remontent chaque jour les mineurs

les morceaux de soufre que remontent chaque jour les mineurs

Volcan Kawah Ijen

Camp de travail des mineurs

kawa_ijen-0055

le souffre, de l’état liquide à sa cristallisation

kawa_ijen-0112

Les mineurs en plein travail

Les mineurs en plein travail

Le travail de ces mineurs est impressionnant et complètement irréel pour nous, en tant qu’occidentaux. Ils font souvent 2 allers-retours par jour dans le cratère et portent jusqu’à 100 kg dans leurs paniers en bambou. Ils ne portent pas tous des masques et au vu de ce qu’ils doivent porter comme poids + les conditions dans lesquelles ils travaillent, on est admiratif et à la fois mal à l’aise d’être là suréquipés contrairement à eux, les regardant travailler. Il faut savoir que la lourdeur des paniers associée aux émanations toxiques posent de nombreux problèmes de santé pour ces travailleurs, dont l’espérance de vie est seulement de 40 ans…

Chung ayant travaillé à plusieurs reprises ici connaît pas mal de mineurs, et il nous permettra d’approcher de leur camp de travail. Certains dorment ici la nuit et restent plusieurs jours d’affilée avant de rentrer dans leur village, souvent éloigné du volcan. Chung veut à tout prix nous avoir des photos des flammes, des mineurs donc on lui laissera à plusieurs reprises notre appareil photo pour qu’il aille au plus près. On a beau lui dire que c’est pas nécessaire, il continuera jusqu’à la fin son travail de reporter.

Afin de remercier les mineurs, Chung nous avait suggéré d’acheter un paquet de cigarettes. Il distribuera des cigarettes à plusieurs reprises. Autant étonnant que celui puisse paraître, tous les mineurs fument même s’ils ruinent déjà leurs poumons avec la fumée du volcan. Ils font également des figurines de soufre pour gagner quelques centaines de roupies supplémentaires. Dans tous les cas, faites au mieux pour éviter de les déranger, laissez les passer quand ils remontent ou descendent car eux bossent pendant que nous nous sommes en vacances. Certains comportements de touristes sont parfois indécents.

le lac le plus acide de la planète

le lac le plus acide de la planète

Selfie masque avec Chung

Selfie masque avec Chung

En plein milieu du cratère... on se les pèle!

En plein milieu du cratère… on se les pèle!

Charles essayant de soulever les paniers que remontés par les mineurs...

Charles essayant de soulever les paniers qui sont remontés par les mineurs…

05H00

Le soleil est levé et on peut enfin apercevoir le lac du volcan. C’est un lac d’acide sulfurique donc on ne s’en approchera pas de trop près mais le spectacle est magnifique.

Puis nous remontons du cratère, et là encore la vue est à couper le souffle. D’un côté, le cratère avec son lac et ses fumées et de l’autre un parc verdoyant. Nous redescendons tranquillement et nous arrivons en bas pour 7h. La redescente est également magnifique. On se rend compte de ce que nous avons grimpé et on voit à perte de vue les alentours.

Volcan Kawah Ijen vu d'en haut

Le cratère du volcan pendant notre remontée

Ca se voit qu'on est heureux d'être là?

Ca se voit qu’on est heureux d’être là, même avec nos petits yeux!

la vue des alentours pendant la redescente

la vue des alentours pendant la redescente

07H00

Paing est réveillé et nous ramène à son village. Sur le retour, on passera à côté de “l”usine” où le soufre est collecté avant d’être amené dans une usine de traitement. Passage dans ce que Chung appelle “Jurassic Parc”, lui exagéré ?! pas son genre… 😉 Puis retour au village où nous attendent un petit déjeuner et une douche. C’est une des rares douches du village car tout au long de notre séjour, nous avons aperçu les villageois se diriger vers la rivière pour se laver.

We did it!

We did it!

10H00

Il est ensuite temps de repartir. Chung et M. Paing nous ramène au port de Banyuwangi pour reprendre le ferry, puis le bus jusqu’à Denpasar. Ensuite direction Ubud dans le centre de Bali.

Nous sommes assez tristes de quitter le village car malgré les conditions spartiates du séjour, nous avons été charmés par l’atmosphère et la gentillesse des villageois. On ne peut que vous conseiller d’aller y faire un tour car ça reste pour nous une expérience inoubliable et surtout un des moments forts de notre séjour en Indonésie.

Un énorme merci à M. Paing et Chung pour leur formidable accueil. On ne vous oubliera pas!!

Et si vous êtes tentés de faire cette aventure avec eux, voici le site pour prendre contact avec eux et réserver: Tours and Travel Services Ijen Miners. Vous ne serez pas déçus! Comptez pour 3 jours et 2 nuits (avec excursions, repas et droit d’entrée sur le Kawah Ijen), 900 000 roupies par personne

de gauche à droite: la femme de M. Paing, Chung, nous & M. Paing

de gauche à droite: la femme de M. Paing, Chung, nous & M. Paing

xoxo

Tiff & Charly

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Keep Travelling // L’ascension du mont Batur // Indonésie | Keeptime for blabla, love & travel 29 novembre 2016 at 16 h 43 min

    […] et si vous aimez les volcans et les randonnées, on ne peut que vous conseiller de lire notre article sur le volcan du Kawah Ijen qui lui est sur […]

    • Reply manchon 11 septembre 2017 at 10 h 17 min

      bonjour , la fatigue de nous lever aussi tot nous effraie , d’autant que nous aurons fait le Bromo avant : pensez vous que les flammes bleues sont incontournables ou pouvons nous nous contenter du lever de soleil ?nous y allons fin octobre : le temps est il propice a cette rando ?
      Merci !!

      • Reply Keeptimeforblabla 11 septembre 2017 at 11 h 04 min

        Bonjour, pour le temps pas de soucis. Pour le kawa Ijen l expérience est davantage de descendre dans le volcan pour voir ces flammes bleues et le dur labeur des mineurs. Le lever de soleil est un plus mais un peu moins impressionnant que le bromo ! Amusez vous bien

  • Reply Jenni 21 février 2017 at 22 h 46 min

    Je voulais juste vous dire mille merci pour cet article, grâce à vous nous avons pu passer 2 jours avec eux et vivre cette expérience incroyable. Sans ce blog je n’aurais jamais eu la chance de rencontrer les habitants de ce village et de vivre ces moments inoubliables 😉 Continuez de poster sur vos escapades c’est top! Je termine mon article sur java d’ici peu et ne manquerai pas de vous citer

    • Reply Keeptimeforblabla 22 février 2017 at 11 h 17 min

      Hello Jenni, vraiment merci pour ton message. On est super content que vous ayez adoré ce super séjour. Pour nous aussi ca avait été dingue. En tout cas tu nous redonnes la motiv d écrire de nouveaux articles. Merci à toi et n hésite pas si tu as des questions. Tiff et Charly

  • Reply Keep Travelling // Liebster Awards | Keeptime for blabla, love & travel 15 juin 2017 at 16 h 10 min

    […] sur le volcan Kawah Ijen. Cet endroit était fou et ça fait parti d’une des plus belles expériences qu’on ait vécu […]

  • Leave a Reply